En détail

  • Qu’est-ce qu’un livre et pourquoi lit-on? 
  • Passionner un enfant pour les livres et la lecture, c’est le passionner pour le langage puisque lorsqu’un enfant s’implique sur le plan émotionnel, il s’implique également sur le plan linguistique. 
  • Prendre conscience qu’un jeune enfant est un futur lecteur nous permet de lui offrir les outils langagiers nécessaires à l’utilisation régulière du livre. 
  • Le livre est un outil individuel mais aussi un outil de partage, un outil de discussion. La pratique de l’art du discours permettra aux enfants de progresser sur le plan langagier. Pratiquer c’est confirmer et acquérir de nouvelles compétences. 
  • Sensibiliser l’enfant à l’importance du livre et à son respect 
  • Lors de séances de manipulation de livre, l’adulte doit accompagner l’enfant lorsque celui -ci s’exprime sur ce qu’il voit dans le livre, sur les émotions que cela lui fait ressentir. 
  • L’adulte doit inviter l’enfant à se positionner sur un choix de livres, à discuter avec les autres enfants de ce qu’ils voient, du livre qu’ils ont choisi et pourquoi. 
  • L’enfant, avide de nouvelle découvertes, peut vouloir prendre un livre des mains d’un autre enfant. Inviter les enfants à s’exprimer en paroles et non en actes est un apprentissage riche de sens. 
  • Apprendre à travailler sur le livre avec l’enfant. 
  • Lors de la lecture d’albums d’histoire, différentes possibilités s’offrent à l’adulte pour agir autour de ce support: il s’agit d’activités langagières autour du livre et de l’histoire. 
  • Ritualiser une séance de lectures d’histoires en utilisant les mêmes mots et les mêmes gestes offrira aux enfants un cadre sécurisé et sécurisant, cadre à l’intérieur duquel ils pourront s’exprimer. L’adulte pourra ici envisager de rappeler les consignes et règles d’une séance de lecture d’histoire avec l’aide d’un ou de plusieurs enfants qui pourront expliquer les règles aux autres. 
  • Des jeux sur le texte avec les enfants les aideront à bien comprendre le texte, à se l’approprier. De plus, en posant des questions à un groupe d’enfants, l’adulte pourra les aider à se familiariser avec la notion de respect de la parole de l’autre, d’écoute de l’autre. 
  • Afin de toujours faire croitre l’intérêt des enfants pour le livre, l’histoire et le langage, nous évoqueront différentes manières de raconter une histoire.  
  • Comment faire en sorte que les familles s’engagent dans ce projet? 
  • Demander aux familles de venir raconter une histoire dans leur langue maternelle. 
  • Demander aux parents de ramener à la crèche une histoire traditionnelle de leur pays traduite en luxembourgeois, français, allemand ou toute autre langue parlée dans la structure d’accueil. 
  • Inclure dans la bibliothèque des livres dont l’action se déroule dans divers endroits du monde. 
  • Proposer en libre accès des livres écrits dans différentes langues. 
  • Profiter des semaines comme la semaine du goût pour proposer aux enfants des contes traditionnels venant de loin.
  • Comment travailler sa voix: intonation, changement de rythme? 
  • Afin d’obtenir l’intérêt des enfants, la voix doit être utilisée comme un outil pour lire l’histoire de la façon la plus vivante possible. 
  • Ainsi des techniques de diction et de modification de la voix seront données aux adultes afin de les familiariser avec le jeu d’acteurs et de les aider à acquérir l’attention des enfants. 
  • Afin de relancer l’attention des enfants, il sera donné aux adultes des techniques de phrasé: Où faire une pause respiratoire dans le texte sans perdre l’attention des enfants? Où faire une pause respiratoire dans le texte en relançant lattention des enfants? 
  • L’adulte doit servir de modèle pour que les enfants aient envie d’exercer leur parole en utilisant le support livre. Pour qu’ils en aient le désir, il faut que l’adulte s’amuse à faire de sa voix un objet de drôlerie, un objet de fantaisie, un outil au service du livre et de l’histoire.
  • Comment travailler l’expression, visage et corps? 
  • L’adulte qui lit l’histoire doit offrir son corps et ses émotions comme outil au service de l’interprétation afin de rendre l’histoire plus intéressante pour les enfants. 
  • Les personnels encadrants participants à la formation devront apprendre à appréhender leur corps comme outil de langage non verbal afin de s’en servir lors d’une lecture d’histoire. 
  • Les émotions du lecteur d’histoire doivent également être utilisées afin d’offrir aux enfants une histoire pour laquelle ils pourront se passionner.

Formateurs

Anaïs LERICHE